Une femme dans la Résistance

Mon nouveau livre  » Une femme dans la Résistance » sera disponible en librairie début avril 2017. Edition la Gidouille . ISBN 979-10-92842-24-1.

Un cadavre st découvert, lors de travaux de rénovation d’une ferme, dans une vallée près de la Côte de Granit Rose. Janine ( son pseudonyme dans la clandestinité,) institutrice en retraite, raconte ce que fut son rôle dans la Résistance. Elle est la seule encore en vie à savoir pourquoi un jeune homme a été enterré à cet endroit en 1944 , et qui il est.

C’est l’occasion pour elle d’évoquer, entre autres péripéties, comment elle est devenue agent de liaison d’un mouvement de résistance, comment elle s’est occupée d’aviateurs alliés en attente de rapatriement vers l’Angleterre.

On assiste aussi à une sombre affaire, l’assassinat d’un couple de résistants, qui ne sera élucidée que bien des années après la guerre.

Il s’agit enfin d’une longue histoire d’amour née dans la clandestinité, vécue jusqu’au bout avec rage et passion.

Un roman palpitant, un document passionnant …

COUVERTURE UNE FEMME DANS LA RESISTANCE- mars 2017le-chapeau-de-napoleon-2

Enregistrer

Publié dans mes livres | Laisser un commentaire

La bête à chagrin

Retrouvez ma nouvelle dans le recueil édité par les éditions La Gidouille sous le titre  » La bête à chagrin ».
C’est quoi une bête à chagrin ?

Paule Constant (romancière ) répond : « C’est une expression familière que j’ai entendue dans la bouche d’une jeune vendeuse qui, caressant mon chien, m’a dit avec beaucoup d’amour : « C’est une bête à chagrin ! » C’est-à-dire que cette bête, on l’aime, mais elle va vous apporter du malheur, puisque forcément un jour on va la regretter ! »
Elle a publié un roman en 2007 sur le sujet. Elle sait de quoi elle parle .Notons également qu’elle a obtenu le prix Goncourt en 1998 pour son roman « Confidences pour Confidences » paru chez Gallimard.

La bete a chagrin - Couv réelle scannée Réduite

 

Publié dans mes livres | Laisser un commentaire

La clairère du mensonge

La clairière du mensonge

Mon livre paru au mois de mars 2015 aux éditions L’Harmattan est toujours disponible. A commander chez votre libraire, chez l’éditeur ou tout autre plateforme en ligne.

Bonne lecture.

Paris, l’été 1936, le Front Populaire. Louise, jeune employée dans un magasin des grands boulevards et Adam, exilé polonais, se rencontrent alors qu’ils veulent tous deux soutenir l’Espagne récouverture la clairiere du mensongepublicaine. Adam s’engage dans les Brigades internationales, Louise s’occupe dans un premier temps d’enfants espagnols réfugiés.
Ils se retrouvent à Paris, alors que la Catalogne est sur le point de tomber aux mains des Franquistes. Puis Adam rejoint Cracovie… Une nouvelle guerre éclate…
Dans ce roman au style épuré, s’entrecroisent les destins de deux jeunes gens révoltés, épris de liberté et de justice. Amour, illusions, désenchantement balaient le fil des pages sur fond de tourmente des années 30-40.

A commander chez votre libraire ou sur le site de l’éditeur.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=46118

Bonne lecture

Alain Lozac’h

 

Publié dans mes livres | Laisser un commentaire

Six hommes sans histoire

Bonjour

Je vous invite à lire le recueil de nouvelles « Six hommes sans histoire » dans lequel 26 auteurs, moi y compris , ont rédigé un texte à partir d’une photographie pleine de mystères.

http://lagidouille.fr/?six-hommes-sans-histoire-s-96

   

Quelques-uns des auteurs ( avec les éditeurs) au salon du livre Quay des plumes à Saint-Quay-Portrieux en octobre 2014.

Publié dans mes livres | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Les pirates de la liberté

Mon nouveau livre est disponible en librairie depuis le 15 janvier.

Les pirates de la libertéEditions Coop-Breizh.

jolly roger  rubisPierre, jeune marin-pêcheur de Groix est mobilisé en 1940. Il est affecté à bord d’un sous-marin en escale à Brest , le Rubis; commencent alors cinq années d’une aventure qu’il n‘aurait jamais imaginée.

Depuis le port de Dundee, en Écosse, le Rubis et son équipage rallié au général de Gaulle en juin 1940 pose des mines dans des conditions périlleuses au fond des fjords de Norvège occupée par les Allemands, puis dans l’Atlantique.

Pierre, confiné dans cette froide coque d’acier qui a failli engloutir tout l’équipage,songe aux siens, à Mathilde sa fiancée là-bas en Bretagne qu’il s’est promis d’épouser dès son retour…

Mathilde, ouvrière dans une conserverie de Groix, quitte son île pour un emploi dans un hôtel près de Carnac réquisitionné par la Kriegsmarine. S’y retrouvent des officiers, des commandants des loups gris de l’amiral Donitz, les redoutables U-Boots stationnés dans la base sous-marine de Lorient contre lesquels les alliés mènent la bataille dans l’Atlantique. Un lieu idéal pour recueillir de précieux renseignements pour la Résistance.

Mai 1945, la guerre s’achève. Pierre démlorient la base SMobilisé revient à Groix, retrouve ses parents, reprend avec son père la pêche thonière. Où est Mathilde ? Pierre part à sa recherche…

Dans ce récit romancé, Alain Lozac’h rend hommage aux courageux sous-mariniers qui ont choisi de rejoindre la France Libre (un peu oubliés dans l’historiographie de la résistance française) et à ceux et celles qui ont aidé les alliés à combattre les U-boots dans les eaux profondes de l’Atlantique, souvent au prix de leur vie…

GROIX PHARE ROUGE GROIX ANCIEN SEMAPHOREgroix le portgroix feu rouge du portDRAPEAU RUBIS

Publié dans mes livres | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Visages de la Résistance bretonne

Mon livre consacré couverture visages de la résistance bretonne-octobre 2013 (2)à la Résistance dans les Côtes-du-Nord a été  réédité au cours du mois d’octobre chez Coop-Breizh.

Ce que dit la 4° de couverture :

Très documenté et illustré, ce récit nous fait découvrir les rouages de la Résistance en Côtes-d’Armor, ses clivages politiques, ses réseaux de renseignements, ses actes héroïques comme ses tragédies.

En historien rigoureux, Alain Lozac’h nous présente les aspects de l’occupation allemande dans ce département breton, particulièrement lors de la construction du Mur de l’Atlantique. Il met en lumière la structuration progressive de la Résistance, de plus en plus fédérée en grands mouvements, parfois concurrents, ainsi que leurs faits d’armes. Il évoque également la reprise en main politique et sociale à la Libération et l’action du comité départemental de la Libération.

On y trouvera la biographie des membres du comité départemental de la Libération, auquel a appartenu François Le Jean qui a rédigé la préface de ce livre essentiel pour la compréhension de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne.

Alain Lozac’h est ingénieur en chef à Saint-Brieuc. Passionné d’histoire, il a dépouillé quantité d’archives inédites et rencontré de nombreux résistants pour rédiger cet ouvrage. Il est l’auteur d’une douzaine de livres, dont plusieurs parus chez Coop Breizh (Sur les Routes de Bretagne, Ports de Bretagne, Histoire d’un patrimoine maritime en deux volumes, etc.).

Edition Coop-Breizh – tel : 02 98 93 83 14

Prix : 24 Euros (375 pages avec un cahier central de photographies)

Publié dans mes livres | Laisser un commentaire

La lutte contre la tuberculose dans les Côtes-du-Nord au début du XX ° siècle

Cette galerie contient 1 photo.

« Pendant plusieurs mois , il y a quelques années, j’ai mené des recherches sur la lutte contre la tuberculose au début du XX° siècle dans le département des Côtes du Nord à l’occasion de  la reconstruction du Centre Hélio-Marin de Saint-Laurent de … Lire la suite

Galerie | Laisser un commentaire

Les chemins de fer en Bretagne

Cette galerie contient 1 photo.

Pendant plusieurs mois , il y a quelques années, j’ai mené des recherches sur l’histoire des chemins de fer en Bretagne en vue de rédiger un ouvrage sur ce sujet. Pour diverses raisons ce projet n’a pas été mené à … Lire la suite

Galerie | Laisser un commentaire

Hommage à François Le Jean, membre du Comité Départemental de Libération

Disparition de François Le Jean ( Bernard dans la clandestinité) dernier membre du Comité Départemental de Libération.

Né le 23 Janvier 1921 à Guingamp, après avoir suivi des études à l’E.P.S  de Lamballe dirigée par Henri Avril, François Le Jean est nommé instituteur au Cours Complémentaire en poste  à Lannion. Il devient membre du Front Patriotique de la Jeunesse, organisation initiée par les Jeunesses communistes  à partir du mois de mai 1943. Inquiété par la police de Vichy ( S.P.A.C) et prévenu à temps  François Le Jean prend  la fuite le 23 Novembre 1943 et passe dans la clandestinité totale en prenant  le pseudonyme de Bernard, sous lequel il continuera à être désigné après la Libération y compris dans les procès verbaux du C.D.L, les articles de presse et les rapports des renseignements généraux consacrés aux réunions publiques tenues dans le département.

S’étant mis au service de son organisation à temps plein, il en devient le responsable départemental alors qu’ayant élargi ses composantes elle a pris le nom de Forces Unies de la Jeunesse Patriotique ( F.U.J.P.). Son activité consiste à étendre le maillage F.U.J.P sur l’ensemble du département des Côtes du Nord en coopération étroite avec Jean Devienne , responsable départemental du Front National avec pour objectifs prioritaires : la lutte contre le S.T.O, l’aide aux réfractaires et la constitution de groupes de combat qui formeront les bataillons F.T.P , puis les F.F.I de la Libération.

Bernard  siège au sein du C.D.L à partir du début de l’année 1944 jusqu’à la fin du comité. La première réunion à laquelle il assiste se tient dans la sacristie de l’Eglise Saint-Michel , organisée par l’abbé Fleury.

Après la Libération il participe à  de nombreuses réunions du F.N  et FUJP pour exposer  les idées et objectifs de ces mouvements, recruter de nouveaux adhérents et former des comités locaux.  Au sein du C.D.L auprès duquel il est détaché  à plein temps il  est  chargé notamment de l’épuration, des poursuites, des arrestations .Il est également désigné pour  procéder à la liquidation de la Direction Départementale de la Jeunesse  mise en place par Vichy , s’occuper des mouvements de jeunesse ( Auberges de Jeunesses, des Eclaireurs de France, etc.) . Il aide Louis Guilloux à jeter les bases d’ une maison de la Culture à Saint-Brieuc. Il est reçu à ce sujet par Jean Géhenno, Secrétaire d’Etat à la Jeunesse dans le Gouvernement Provisoire du Général de Gaulle.

Au 1° Octobre 1945, son détachement ayant pris fin, Bernard  s’éloigne de Saint-Brieuc et reprend son métier d’instituteur au Cours Complémentaire à Plestin les Grèves jusqu’au début des années 50. Très peu de gens , à l’exception de ceux avec lesquels il était en relation pendant la Résistance, étaient au courant de son activité de résistant pendant laquelle, ainsi qu’au C.D.L, il n’a été connu que sous le nom de Bernard. En 1951, François Le Jean  est nommé Inspecteur de l’Education Nationale dans la Manche, à Avranches où il restera durant trente ans jusqu’à la retraite.

François Le Jean est à l’initiative de l’hommage rendu au Comité Départemental de Libération par l’apposition d’une plaque commémorative à l’extérieur de l’église Saint-Michel de Saint-Brieuc dévoilée en présence du maire de Saint-Brieuc le 18 juin 2011.

François Le Jean nous a quitté en ce début d’année 2013 et a été inhumé à Plouër-sur-Rance le 16 janvier dans la plus stricte intimité.

CDL A LA PREFECTURE

Les membres du Comité départemental de Libération après la Libération. Au centre Henri Avril le président. François LE JEAN est au deuxième rang ( premier à partir de la gauche)

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Une femme dans la résistance

Publié dans mes livres | Laisser un commentaire